Ephésiens 5/ 18 – 33 v. 31 – 33

 

Nous arrivons à la fin de ce texte si riche au sujet du mariage chrétien. Or, comme je l’ai déjà dit, le mariage est à la fois si joyeux et si difficile !

 Vous expérimentez beaucoup de bonheur ensemble, mais, hélas, vous connaissez aussi des déceptions qui font mal. Nous abordons donc cette relation avec beaucoup de sensibilité. 

 

Aujourd’hui, nous regarderons ce que dit l’apôtre Paul aux versets 31 à 33 31 Comme il est écrit : « C’est pourquoi l’homme quittera son père et sa mère pour s’attacher à sa femme, et les deux deviendront un seul être. » 32 Il y a une grande vérité cachée dans ce passage. Je dis, moi, qu’il se rapporte au Christ et à l’Église. 33 Mais il s’applique aussi à vous : il faut que chaque mari aime sa femme comme lui-même, et que chaque femme respecte son mari.» 

 

Dans ce texte, il y a un profond mystère, à savoir, comment Dieu crée l’unité au sein de votre mariage. Voici une illustration. Le mariage est comme deux feuilles différentes : une jaune et l’autre bleue. Mais lorsque l’Esprit Saint colle ensemble mari et épouse, ils deviennent un : un seul corps, une nouvelle famille. Cependant comment maintenir cette unité d’Esprit ? Voilà ce que nous allons voir aujourd’hui, sous trois angles complémentaires.         (1) Rappelez-vous, souvent, le profond mystère de votre unité. (2) Protégez-vous, souvent, de ce qui divise votre unité. (3) Nourrissez, souvent, l’intimité qui fait épanouir votre unité. 

 

(1) Rappelez-vous, souvent, le profond mystère de votre unité. Dans ce texte, l’apôtre répète une vérité : l’unité de votre mariage est fondée sur l’unité entre Jésus et son Église. Au verset 30 (le verset précédant), il dit que l’Église est le corps de Jésus, l’épouse de Jésus. Ensuite, il dit au verset 31 « Pour cette raison, l’homme quittera son père et sa mère pour s’attacher à sa femme, et les deux deviendront un seul être.» Et aux versets 32 & 33, il appelle ce lien d’unité «un profond mystère» : «32 Il y a un grand mystère caché dans ce passage. Je dis, moi, qu’il se rapporte au Christ et à l’Église. 33 Mais il s’applique aussi à vous : il faut que chaque mari aime sa femme comme lui-même, et que chaque femme respecte son mari.» 

 

Or, quel est ce profond mystère à vous rappeler, souvent ? Ce mystère est double. 

 

D’abord, rappelez-vous combien Jésus aime son Église ! Il se marie à son peuple, avec nos péchés, nos fautes, nos lacunes, nos rides. Puis-je le dire ainsi ? Prenez du temps, souvent, pour partager ensemble combien Jésus aime son Église. Parfois, on l’oublie ! On dénigre et critique l’Église, parce que nous ne ressentons ni son amour pour nous ni le plus grand honneur qui soit d’être l’ épouse de Jésus. Jésus chérit son Église. Vous êtes la prunelle de ses yeux. Il s’unit à son Église pour toujours et il s’engage à vous présenter devant Dieu sans péchés, sans lacunes, sans rides. Voici pourquoi ceci est un mystère : Pourquoi aime-t-il des gens comme nous ?                             Il le fait cependant ! 

 

Ensuite, rappelez-vous, souvent, le grand mystère de votre propre mariage ! Dieu le Saint Esprit vous a mis ensemble…deux pécheurs ayant beaucoup de fautes, de lacunes et de rides. Pourtant, il désire que la grâce de Jésus pour son Église soit la même grâce qui vous unit l’un à l’autre. Voyez-vous combien ce grand mystère pourra vous libérer et vous rassurer ? Vous aurez la liberté d’échouer, sans être rejetés. Vous aurez le courage de pouvoir confesser vos fautes et de demander pardon, parce qu’il y aura l’assurance de recevoir le pardon de l’autre. Votre unité ne vient pas de combien vous êtes bons, fins et aimables, mais de la grâce reçue de Jésus que vous vous offrez l’un à l’autre ! Ceci est un mystère : il nous dépasse, il nous laisse ému. Mais il est au cœur de votre unité ensemble. 

 

(2) Protégez-vous, souvent, de ce qui divise votre unité. Regardons le verset 31 : « C’est pourquoi l’homme quittera son père et sa mère pour s’attacher à sa femme, et les deux deviendront un seul être. » Ici, Paul cite le verset 24 de Genèse, chapitre 2. Pourquoi ? Il souligne comment Dieu a créé l’unité de votre mariage. Encore, regardons deux aspects de ce qu’il dit, l’un qui est négatif et l’autre qui est positif. 

 

Le côté négatif en premier, que vous verrez dans le verbe «quitter». Lorsque vous n’êtes pas mariés, vos parents devraient être votre priorité et l’objet de votre plus grand respect et honneur. Toutefois, lorsque vous vous mariez, quelque chose change: on continue à honorer nos parents, mais la relation qui prime avant toute autre est celle avec notre mari ou notre épouse. Alors, lorsque vous vous mariez, vous abandonnez votre mentalité et vie de célibataire. Finie ! Pour toujours ! Puis-je vous en donner deux exemples ? Vous ne discutez pas avec vos parents (ou n’importe quelle tierce personne) des choses privées ou intimes de votre mariage. Vous discutez de ces choses uniquement avec votre mari ou votre épouse, car en admettant une tierce personne dans votre vie de couple, vous divisez votre unité de couple. Ou bien, lorsque vous retournez au travail après votre lune de miel, vos relations de travail seront différentes qu’auparavant. Au lieu de passer du temps avec vos amis de bureau, de sortir avec eux, vous direz « Je ne peux pas accepter votre invitation avant de vérifier avec mon épouse, afin d’être certain de pouvoir y participer ensemble.»  Vous avez une nouvelle vie à bâtir, ensemble ! 

 

Et maintenant le côté positif pour protéger votre unité : le verbe «s’attacher». Or, le mot en langue grecque est un participe à trois syllabes : pros kollé théstaiEntendez-vous le son au centre de ce mot : kollé ! Mais oui, le français a emprunté ce mot directement du grec : collerComment protégez votre unité ? En vous collant l’un à l’autre ! Alors, décidez vos buts et vos priorités ensemble, comme une seule personne collée ensemble. Je reviens à l’exemple du début : chaque décision de votre vie de couple est comme un pli dans le papier. Lorsqu’on plie ensemble – et lorsqu’on se plie l’un à l’autre ! -  on ne déchire pas, car nous le faisons dans la même direction, en même temps. Plus vous développez l’habitude de vous coller ensemble, de prendre vos décisions ensemble, de passer du temps ensemble, mieux votre unité sera maintenue. 

 

(3) Nourrissez, souvent, l’intimité qui fait épanouir votre unité. Relisons le verset 33 « Mais il s’applique aussi à vous : il faut que chaque mari aime sa femme comme lui-même, et que chaque femme respecte son mari.» Paul termine son discours en résumant tout ce qu’il a déjà dit. Toutefois, comment est-ce qu’un mari aime sa femme pour maintenir de l’unité avec elle, et comment une épouse respecte son mari pour maintenir de l’unité avec lui ? Nous en avons déjà parlé, mais je veux  ajouter deux choses que nous n’avons pas encore vues: (1) votre intimité conjugale ; et (2) votre intimité de prière. Pour approfondir cette double intimité, j’aimerais lire les versets 3 à 5 de 1 Corinthiens 7: « Le mari doit remplir son devoir d’époux envers sa femme et la femme, de même, doit remplir son devoir d’épouse envers son mari. La femme ne peut pas faire ce qu’elle veut de son propre corps : son corps est à son mari ; de même, le mari ne peut pas faire ce qu’il veut de son propre corps : son corps est à sa femme. Ne vous refusez pas l’un à l’autre, à moins que, d’un commun accord, vous n’agissiez ainsi momentanément pour vous consacrer à la prière ; mais ensuite, reprenez une vie conjugale normale, sinon vous risqueriez de ne plus pouvoir vous maîtriser et de céder aux tentations de Satan.»  

 

D’abord, votre intimité conjugale. Elle est  importante pour vivre et exprimer votre unité comme un seul corps. Or, puis-je le dire ainsi ? Maris, pour que votre épouse puisse partager votre intimité conjugale, elle a besoin de se sentir aimée. Femmes, pour que votre mari puisse vivre votre intimité conjugale, il a besoin de se sentir respecté. Si votre épouse ne se sent pas aimée ou si votre mari ne se sent pas respecté, votre vie conjugale sera difficile, et elle nuira à votre vie de prière et à votre relation avec Jésus. Bref, donnez-vous du temps, souvent, pour nourrir votre intimité conjugale. Notre vie urbaine est accélérée. Vous avez beaucoup d’exigences au travail. Il est fatiguant d’élever les enfants. Votre vie conjugale peut tomber en panne, ce qui n’est jamais bon pour votre mariage. Alors, donnez-vous du temps pour cette grande priorité qu’est une vie conjugale épanouie.  Elle fera épanouir votre vie de prière et votre unité. 

 

Ensuite, le revers de la médaille : votre intimité de prière. Elle est très importante pour vivre et exprimer votre unité comme un seul corps, attaché l’un à l’autre et à Jésus. Puis-je redire la même chose ? Maris, pour que votre épouse puisse prier avec vous, elle a besoin de se sentir aimée. Femmes, pour que votre mari puisse prier avec vous, il a besoin de se sentir honoré. Si vous ne priez pas ensemble comme couple, c’est un mauvais signe pour votre mariage : une vie sans prière ensemble menace votre unité. Alors, donnez-vous du temps, souvent, pour nourrir votre vie intime de prière. C’est en priant ensemble que vous pourrez régler bon nombre de vos arguments et différences qui font mal. En priant ensemble, l’Esprit vous amènera à avouer vos péchés, à demander du pardon, et à donner du pardon. Donnez-vous beaucoup de temps, et très souvent, pour la grande priorité de votre intimité de prière, car elle fera épanouir votre intimité conjugale et votre unité. 

 

Au début, j’ai dit que le mariage chrétien est comme deux feuilles de couleur jaune et bleue, qui sont collées ensemble pour former une feuille nouvelle…une nouvelle famille. Toutefois, il reste une chose à ajouter à cette illustration. Lorsque le jaune et le bleu sont unis, une nouvelle couleur se forme. C’est la même chose pour vous lorsque vous êtes collés ensemble par l’Esprit Saint. Tranquillement, mais sûrement, vous deviendrez de plus en plus un, en ayant une nouvelle «couleur» unie. Chaque fois que vous prenez une décision ensemble, que vous ajoutez un pli, votre nouvelle couleur unie remplace les anciennes couleurs. Dans cette vie, vous n’y arriverez pas complètement. Il y aura des déchirures, de mauvais plis, et des douleurs. Toutefois, en devenant de plus en plus un, vous prendrez de l’envol ensemble. Vous irez de plus en plus dans la même direction, à la même vitesse, vers la même destination…pour maintenir l’unité que vous donne l’Esprit Saint. 

 

J.G. Zoellner 

 

L’Église réformée St-Jean 

Le 26 avril 2015