Jean 13/ 1 - 20

En cette semaine de Pâques, il me semble propice de ralentir pour réfléchir à ce qui motive Jésus notre Seigneur, et par conséquent, ce qui nous motive dans notre vie. Dans le récit devant nous, Jésus sait qu’il arrive au but ultime de sa mission. Il expérimente, au fond du cœur, qu’il est venu servir, en se donnant sur la croix pour le péché de son peuple. 

  

D’emblée, ce récit vous met devant une tension inattendue : comment expérimenter la certitude de la bonté et de la puissance de Dieu dans ce monde lorsque Jésus sera bientôt crucifié ? Jésus, lui, ressent profondément que la victoire de Dieu s’accomplira par son sacrifice, comme il dit au verset 3 « Jésus savait que lui-même était venu de Dieu et retournait à Dieu, et que le Père avait tout mis en son pouvoir.» Toutefois, la tension ici, c’est que ses propres disciples ne comprennent rien de tout cela ! Ils ne s’attendent pas à ce qu’il soit mis à mort. Voilà pourquoi ce geste est si percutant : il veut qu’ils comprennent ce que leur Maître s’apprête à faire pour eux et comment leur vies seront changées à tout jamais ! 

Alors, après le repas de la Pâque, Jésus se lève de table et fait ce qui est normalement la tâche d’un serviteur ou même d’un esclave. Lorsqu’on accueille le maître de la maison ou un invité, on lave ses pieds. Il s’agit du service du plus bas rang envers le plus haut . Ici, par contre, tout est inversé : le plus haut lave les pieds de ses inférieurs. Le théologien canadien Donald Carson commente ce renversement de statut: «Il n’y a aucun exemple dans toute la littérature gréco-romaine de cette époque d’un supérieur qui lave les pieds d’un inférieur.» Mais la tension est poussée encore plus loin, car Jésus ose laver les pieds de Judas, celui qui se prépare à le trahir ! 

Ensuite, l’histoire vous amène au cœur de l’évangile pour vous aujourd’hui. Jésus arrive devant Pierre pour lui laver les pieds. Aux versets 6 à 10, nous lisons l’échange entre eux : « 6Il arriva ainsi près de Simon Pierre, qui lui dit : « Seigneur, vas-tu me laver les pieds, toi ? » 7Jésus lui répondit : « Tu ne saisis pas maintenant ce que je fais, mais tu comprendras plus tard. » 8Pierre lui dit : « Non, tu ne me laveras jamais les pieds ! » Jésus lui répondit : « Si je ne te les lave pas, tu n’auras aucune part à ce que j’apporte. » 9Simon Pierre lui dit : « Alors, Seigneur, ne me lave pas seulement les pieds, mais aussi les mains et la tête ! » 10Jésus lui dit : « Celui qui a pris un bain n’a plus besoin de se laver, sinon les pieds, car il est entièrement propre. Vous êtes propres, vous, mais pas tous cependant. » J’attire votre attention au verset 8b, où Jésus dit à Pierre : « Si je ne te les lave pas, tu n’auras aucune part à ce que j’apporte.» Or, voici le cœur de votre relation avec Jésus : il faut que Jésus vous serve ! Jésus dit à Pierre qu’au cœur de notre relation avec Jésus, nous avons besoin de sa grâce…de son pardon…que seul son sacrifice puisse nous garantir une fois pour toutes. De plus, une fois devenu disciple de Jésus, nous avons constamment besoin de sa grâce…de son pardon…devant le péché de nos motifs, de nos paroles, de nos gestes de tous les jours. 

Hélas, nous oublions que Jésus doit nous servir. Un peu comme Pierre, nous sommes animés par notre engagement de servir Jésus, de le faire connaître, et de lui consacrer notre vie. Et voilà justement le problème souvent sournois: nous devenons tellement préoccupés par notre engagement de l’honorer, que nous oublions que nous sommes d’abord débiteurs de sa grâce. Voilà pourquoi, dans votre vie individuelle - et ensemble - vous avez besoin de vous arrêter quotidiennement pour laisser Jésus vous servir. Une façon de ce faire, c’est de ralentir dans votre vie de prière pour laisser pénétrer toute la beauté et la grâce de Dieu.  

Prenons, à titre d’exemple, deux phrases du Notre-Père. « Notre Père, qui es aux cieux »…et on le fait tourner dans notre cœur. Tu es notre Père, qui nous garde entre tes mains en tout moment. Tu es aux cieux, celui qui détient toute puissance pour accomplir tout selon ton dessein éternel. Ou bien, «pardonne-nous nos offenses, comme nous pardonnons à ceux qui nous ont offensés». Jésus, voici mes offenses aujourd’hui…prend-les. Et voici les gens que je devrais pardonner ! Soutient-moi aujourd’hui pour prendre l’initiative d’aller chercher de la réconciliation. Bref, lorsque vous ralentissez pour prier ainsi, vous êtes en train de laisser Jésus vous servir, et vous laver, tous les jours. 

Finalement, ce récit vous amène à une autre façon de mener votre vie. Si vous laissez Jésus vous servir, vous trouverez votre plus grand bonheur au service des autres. Voici comment Jésus nous le dit aux versets 12 à 17 12Après leur avoir lavé les pieds, Jésus reprit son vêtement, se remit à table et leur dit : « Comprenez-vous ce que je vous ai fait ? 13Vous m’appelez “Maître” et “Seigneur”, et vous avez raison, car je le suis. 14Si donc moi, le Seigneur et le Maître, je vous ai lavé les pieds, vous aussi vous devez vous laver les pieds les uns aux autres. 15Je vous ai donné un exemple pour que vous agissiez comme je l’ai fait pour vous. 16Oui, je vous le déclare, c’est la vérité : un serviteur n’est pas plus grand que son maître et un envoyé n’est pas plus grand que celui qui l’envoie. 17Maintenant vous savez cela ; vous serez heureux si vous le mettez en pratique. Jésus fait un lien ici : la preuve que vous laissez Jésus vous servir, c’est dans votre attitude de servir les autres. Lorsque Jésus lave les pieds de ses disciples - et encore plus lorsqu’il ira à la croix ! – il nous dit qu’aucun service n’est trop bas pour lui. Alors, si vous laissez Jésus vous servir, vous vivrez une grande liberté et un profond bonheur, à savoir, ni aucun service ni aucune tâche ne sera trop bas pour vous ! Puis-je le dire autrement ? Vous serez de moins en moins dérangés par les demandes des autres et de plus en plus disposés à y répondre, de bon cœur et sans regrets.  Toutefois, servir les autres avant soi exige un effort soutenu. Chaque fois que vous êtes au courant d’un besoin ailleurs, vous aurez une décision à prendre qui va toujours vous coûter. Il va vous coûter de laisser tomber vos priorités pour répondre aux besoins des autres en premier. Il va vous coûter de vous engager à quelque chose qu’on pensait être de courte durée, mais qui devient un engagement à plus long terme. Il va vous coûter d’investir dans la vie d’un autre, pour ensuite être trahi. Toutefois, en tout cela, le bonheur que Jésus vous donnera sera plus profond et plus étendu que le coût à payer. Pourquoi ? Parce que votre relation éternelle avec Dieu sera plus profonde, plus joyeuse, et plus riche. En servant les autres, vous allez expérimenter de plus en plus toute la grâce de votre Maître pour vous, et vous verrez le fruit de sa grâce, à travers vos efforts, dans la vie des autres. 

Jésus est appelé à servir. Vous l’êtes aussi. Vous ne pouvez pas servir de façon identique à Jésus, car il est l’unique substitut et Rédempteur. Mais vous êtes appelés à serviren laissant Jésus vous servir, afin de payer sa grâce au suivant. Nous ne sommes jamais plus grands que Jésus. Nous ne sommes jamais plus grands que le plus petit de ses enfants.                                    

 – JG Zoellner | le 29 mars 2015